Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
artsetstyle.over-blog.com

L’ARRIVEE EN GRANDE PÂQUES

Quand nous sommes arrivés devant le café, le serveur était déjà là. Nous avons débarqué le chien et fermé la porte de la cour. Sonnait l’heure, quand les grilles sifflaient, la journée commençait. C’était un jeudi 2 avril en 1992. Le premier jour de mon arrivée et je travaillais dans l’établissement de mes parents.

Au cours de la matinée, un défilé inhabituel s’opérait. Des passants à l’allure sombre passaient, jonquilles à la main, puis des îlots, tous dans la même direction, vers l’église.

-Mais oui, c’est la semaine de Pâques fleuries, Hosanna ! A Pâques closes, Quasimodo. C’est « bientôt les Rampans. Dit un client sortant de sa léthargie.

Quant vint le dimanche des Rameaux, tout le monde bien endimanché avait son branchage de buis où était ajouté du noisetier. A l’entrée de l’église, les enfants étaient aidés à décorer leur rameaux avec des fruits secs, de pommes rouges et d’œufs durs.

La tradition des Rameaux, signifiant le début de la Passion est aussi la Mémoire des morts. C’est ainsi que le clergé conduisit la procession vers le cimetière. Certains rameaux bénis sont ramenés chez soi en vue d’avoir la protection divine.

Au lundi de Pâques, les enfants cherchaient les œufs décorés dans le jardin et les œufs étaient mangés au déjeuner en omelette. Jadis, on conservait les coquilles pour les mélanger au grain, afin de favoriser les récoltes.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article