Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA FRANCE QUI NE VEUT PLUS PRODUIRE

Manuel Domergue (dans Alternatives Economiques n° 314 - juin 2012 : L’Agriculture grignotée par la ville) constate que « les terres agricoles sont de Plus en plus rares et chères » et que « Lors du dernier Salon de l'agriculture, la classe politique a unanimement regretté la baisse ininterrompue du nombre d'agriculteurs. Or, de plus en plus de paysans seront nécessaires pour nourrir le pays de façon moins intensive ».

Et pourtant depuis 2007, 2008, 2009, des agriculteurs sont contraints

(et se suicident, de l’article du Parisien Publié le 10.10.2013 : En France, un agriculteur se suicide tous les deux jours) de vendre leurs terres au plus offrant sous la pression constante de produire toujours plus pour ne vendre qu’à un bas prix (d’après l’article dans Libération de Nathalie Dubois : SOS paysans en détresse, le 25/11/2013).

Sur FranceTV info : VIDEO. EURO 2016 : Un agriculteur lyonnais s'oppose à la construction du stade

A DECINES-CHARPIEU

Monsieur Layat Philippe, agriculteur de père en fils, entretient ses terres familiales détenues depuis quatre cent ans et contribue à la richesse matérielle et immatérielle de son village et de son pays, est maintenant exproprié. En vue d’une construction d’un stade de football pour les jeux de l’Euro 2016, le nouveau propriétaire est la communauté urbaine de Lyon, d’une partie de ses terres.

Au 1er septembre 2014, il a vu ses terres partagées par une route. 

Il ne peut plus correctement nourrir ses brebis car le terrain d’en face est aussi saccagé, ce n’est plus que de la boue. 

Il ne peut plus aussi traverser avec ses engins agricoles pour aller couper du bois. Ayant bataillé jusqu’à présent, en septembre des pelleteuses ont forcé l’entrée menant à son domaine.

D’autres cas similaires : 80 autres agriculteurs ont été obligés de laisser leurs terres. Monsieur Layat, dernier résistant, s’est vu octroyé des indemnités de 1 euro le mètre carré alors que les terrains voisins valent 300 euros le mètre carré.

Voici ses paroles retenues du journal télévisé : Il est né ici, et veux mourir ici. Et d’une voix qui s’étrangle il dit que c’est toute sa vie. Et nous rappelle que c’est la vie de nos enfants, plus tard. Ici c’est une terre nourricière, et vont manger quoi nos enfants demain ? Du foot ? Du béton ?

Des associations soutiennent la cause de Monsieur Layat. Béton, foot et business contre le fait d’exploiter des terres agricoles, telle est la raison d’utilité publique.

Sur la vidéo ci-dessous, Maître Etienne Tête nous signale qu’il y avait aussi une autre solution :

www.20minutes.fr/lyon/1461419-20141015-grand-stade-lyon-agriculteur-philippe-layat-fait- appel-contre-expropriation

Quand est-il de l’aéroport de Nantes ?

Notre-Dame-des-Landes en guerre contre le futur aéroport de Nantes (TF1 au Journal télévisé SOCIETE - 2min 11s - Le 25 janv. 2012 à 13h00

C’était déjà en 2012, près de 2.000 hectares de parcelles agraires sont destinées à être détruites pour construire un aéroport à Nantes. Les 40 propriétaires mécontents sont expropriés contre des indemnités de 0,16 centimes le mètre carré.

Prévu pour 2014 et mis en service pour 2017, l’aéroport sera construit sur un bocage, zone fragile et hydromorphe, et pourtant reconnue comme une zone à préserver par des études de terrain qui ont été faites.

Monsieur Thébault, agriculteur depuis onze ans est soutenu par des associations notamment l’association anti-aéroport qui militent aussi depuis des années contre ce projet.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article