Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
artsetstyle.over-blog.com

SUR LES RIVES D' ANDRESY

LES SITES HISTORIQUES

Les civilisations anciennes ont laissé des traces sur les rives de la région d’Ile-de-France.

Andrésy est une province d’Île-de-France et se situe à l’embranchement sud et est de la Seine et de l’Oise du Vexin français. Sous la féodalité, Andrésy est aussi citée sur "une liste" où il est dû un droit de gîte pour le roi. De petites fortifications y sont élevées où l’on peut constater l’existence à l’impasse du Fort et à l’angle de la rue des Courcieux et de la rue de l’Eglise.

Quatre portes principales du Moyen Âge où se tenaient des corps de garde, fermaient le village ; telle celle, dite royale, détruite en 1795 et dont les vestiges restaurés sont à l’angle de la rue de l’Eglise et du boulevard Noël-Marc. D’autres portes non gardées étaient fermées le soir par les habitants, afin d’éviter non seulement l’entrée des pillards mais aussi des loups et des sangliers.

De l’église construite au XIIIe siècle, dédiée à Saint Germain évêque de Paris au VIe siècle où la salamandre de François 1er y est gravée sur deux colonnes de la nef de la chapelle de la Vierge, D’un ancien château de la famille de l’Isle qui était à l’emplacement du centre culturel Saint-Exupéry, un cimetière mérovingien et carolingien fut découvert datant du Ve au VIIIe siècle.

Parmi ces villes anciennes, par exemple : A Andrésy ou Saint-Germain-en-Laye, les trésors

archéologiques sont mieux répertoriés que l’infortunée Achères. A Andrésy, sur les flancs de coteau des tombes de pleine terre et sarcophages en plâtre ou en pierre furent mis à jour. En 1890 quand fut construite la voie ferrée allant d’Argenteuil à Mantes, une nécropole de 492 tombes éparpillées en groupes et placées côte à côte en arc de cercle fut découverte par le pur hasard au lieu-dit « Les Barils ». Suivant les rites commémoratifs autour d’une croix, ces sépultures contenaient des armes, des poteries, des bijoux, des fragments d’habits et monnaies.

L’ECONOMIE DES BOURGS AU MOYEN ÂGE

Près des rives de fleuves, ces bourgs ruraux comme Achères ou Andrésy, étaient composés d’une moitié de vignobles, moitié labours. A Andrésy, il y avait un vignoble sur les coteaux de l’époque l’époque carolingienne. Le chapitre de Notre-Dame de Paris en avait la charge sur l’ensemble de terroirs Ce vin était de bonne qualité grâce à l’ensoleillement des mois de juillet, août et septembre. Mais à L’apparition du phylloxéra, ces vignobles sont peu à peu remplacés par des arbres fruitiers : des cerisiers, des pommiers, des poiriers et pruniers…Aujourd’hui, subsistent quelques rangs de vignes.

HISTOIRE DU BLASON

La mémoire locale nous fait rappeler par la galère romaine gravée sur le champ de l’écu, que les romains s’étaient installés confluent de la Seine et de l’Oise. Cette flotte était destinée à protéger Lutèce. Cette flotte était nommée « Classis Andéritianorum » , la flotte des andéritiens. Le chef aux deux crosses rappelle que la terre d’Andrésy était d’abord la propriété des évêques de Paris, puis donnée en 829 aux chanoines de Notre-Dame de Paris, qui en restèrent seigneurs au spirituel et au temporel jusqu’à la Révolution. Ce chef est tiré des armoiries du chapitre de l’évêché de Paris qui se blasonnait ainsi : « D’azur semé de fleurs de lis d’or à la crosse d’or en pal ». Ce blason fut approuvé par délibération municipale en 1948.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article